Le M.V. Grosse Ile et le Feu-Follet

En 1951, le chantier maritime de St-Laurent, Ile D'Orleans, obtenait deux autres contrats de constructions de caboteurs, l'un du gouvernement provincial et l'autre du gouvernement federal. Le M.V. Grosse Ile avait ete commande par la Defense nationale, division des recherches, pour servir au transport des marchandises entre Quebec et la Grosse Ile , une ile en face de Montmagny.

La construction avait ete dirige par M. Armand Turgeon, contremaitre, et les machines avaient ete installees par M. Gerard Gagnon, ingenieur en diesel. Le plan d'ensemble avait ete prepare par M. Romeo Fillion (president du chantier) assiste de son frere Philippe.

Dans un article anonyme, l'auteur relate le lancement du Feu-Follet, et, il intitule son article: 'Echo d'une legende".
"Ce n'est surement pas pour effrayer les bonnes gens de la Cote Nord du Saint-Laurent qu'il a ete suggere d'appeler Feu-Follet le joli petit bateau qu'un de ces jours derniers, baptisait, en brisant sur sa proue la traditionnelle bouteille de champagne, Mme Bourque, epouse du ministre des Terres et Forets, l'hon. M. John Bourque. Rien ne peut provoquer moins la peur que ce gentil petit navire, tout blanc et vert, qui vient de sortir des chantiers maritimes Fillion, de Saint-Laurent, Ile D'Orleans".

Le journaliste decrit ensuite les feux-follets comme etant " de malicieux diablotains qui s'amusaient bien plus a jouer des tours qu'a effrayer et a faire du mal". En fait, le bateau, propriete du Ministere des terres et Forets, avait ete construit pour patrouiller le long du littoral du Labrador dans le but de surveiller les eventuels feux de forets. Il semble que l'orateur, lors du lancement, ait mis en parralelle le nom "effrayant" du bateau et sa fonction protectice... L'auteur ne rapporte pas la longueur du discours mais termine en faisant un clin d'oeil aux insulaires:

"Sans doute, aux messieurs Fillion tout particulierement, le Feu-Follet rappelait, outre la vieillle legende canadienne, le nom ancien de leur ile d'Orleans qu'on appelait l'ile des Sorciers a cause des feux que portaient des pecheurs, la nuit, sur les rivages de l'ile, et que les gens de la rive sud prenaient pour des feux-follets".

Ces deux "sister-ships", construit en meme temps, en 1951, au meme chantier maritime de l'Ile d"Orleans, se retrouvent tous deux en reconstruction a l'Exposition Maritime de St-Joseph de la Rive.  C'est une invitation a connaitre notre histoire.

Belanger,Diane La Construction Navale a Saint-Laurent, Ile D'Orleans, bibliotheque David Gosselin, Saint-Laurent, 1984.