retour à la page principale

 

La position d'immobilisation de la main
 
Il faut distinguer la position temporaire de protection et la position définitive fonctionnelle. La position dite de fonction est en réalité la position d'arthrodèse, c'est à dire la position qui rendra le plus de service en préhension et le moins d'accroc lorsque cette articulation ne bougera plus. Les angles sont de 10° à 20° en flexion pour les IPD et 30° à 45° pour les IPP, progressant de radial vers le cubital.
Ainsi la main dite 'en balle' n'est pas de la position d'immobilisation temporaire de la main.
 
Comme notre but est la réadaptation, il faudra choisir la position avec grand soin. Les contraintes sont capsulo-ligamentaires:
La tête métacarpienne est excentrique, les ligaments collatéraux sont en position allongés à 45° - 60° de flexion.La différence peut atteindre 4 mm.

Pour les inter-phalangiennes, les têtes articulaires sont centriques, les ligaments collatéraux conservent leur longueur durant la flexion, cependant à ce niveau , c'est la plaque palmaire qui glisse en flexion et celle-ci peut se figer en position fléchie prolongée. La plaque palmaire n'est pas fixée directement à l'os pour la métacarpo-phalangienne.

De plus le pouce doit être en abduction , afin d'éviter la contracture de l'adducteur, et le poignet en dorsiflexion.

Cette position combinée de moindre interférence correspond à la position dite intrinsèque (+). Cette position correspond à celle lorsque les intrinsèques se contractent, cependant ce n'est pas à cause de ces intrinsèques que cette position est choisie, mais bien pour l'appareil capsulo-ligamentaire décrit plus haut.
 
©Manus 2002